Faut-il s’associer avec son salarié ?

Vous pouvez nous suivre sur

  • 1

Faut-il s'associer avec un salarié?

Le dirigeant envisage fréquemment la stratégie d’associer un salarié afin de le fidéliser et de l’impliquer dans la réussite de l’entreprise. Cependant, il est important de s’interroger sur le critère pertinent permettant de prendre cette décision.

Aux droits du salarié…

L’expérience montre que ce sont très souvent les créateurs d’entreprise qui sont le plus souvent portés par l’idée d’embaucher un salarié afin d’optimiser les chances de réussite de ce projet. Or, l’association n’est pas neutre du point de vue des droits du salarié. Il faut rappeler que celui-ci bénéficie, du fait de la conclusion de son contrat de travail, du règlement de son salaire quel que soit l’état de la trésorerie de la société, du règlement de ses heures supplémentaires, d’une indemnité spécifique en cas de rupture conventionnelle ou d’une indemnité de licenciement, voire d’une indemnité de préavis en cas de licenciement et, surtout, il relève du droit du travail qui considère qu’en cas de doute, il y a lieu de lui donner raison.

…s’ajoutent les droits de l’associé.

A l’ensemble de ces avantages, le fait de l’associer va en ajouter d’autres : le salarié devenu associé aura droit d’avoir accès au bilan de l’entreprise, de contrôler la gestion au travers de sa participation aux assemblées générales, d’engager la responsabilité civile ou pénale du dirigeant, et à la valorisation réelle de ses parts au jour où il décidera de quitter l’entreprise. Cependant, le déséquilibre ultime survient lorsque l’on sait que le salarié pourra se maintenir en tant qu’associé dans l’entreprise, alors même qu’il aura quitté ses fonctions de salarié. Il n’est d’ailleurs pas rare que le salarié devenu associé parte travailler chez la concurrence et puisse ainsi percevoir son salaire de celle-ci  et les dividendes de la part de son ancien employeur. Il est donc important dans un tel cas de rester prudent et de ne surtout pas se précipiter.

Prendre le temps de se connaître avant de s’associer.

Vouloir s’associer lors d’une phase de création d’entreprise ou lors d’une embauche d’un salarié avec celui-ci, c’est un peu comme vouloir épouser une personne dont on vient de faire la connaissance sur un site de rencontre sans même apprendre à la connaitre ni même savoir si l’on est compatible avec elle. La comparaison est forte, mais elle est suffisamment parlante. Le fait de vouloir s’associer avec une personne que l’on ne connaît pas ou peu engendre toujours un risque supplémentaire pour la pérennité même de l’entreprise en raison des droits que lui confère cette association. La règle en la matière est d’attendre deux ou trois ans au minimum afin d’apprendre à connaître le salarié, d’apprécier sa compétence, sa fiabilité et le caractère stratégique de son poste avant de vouloir le fidéliser en lui vendant une partie du capital social. Cependant, il ne s’agit là que d’un critère de base qui doit être encore mis en perspective avec d’autres ou qui doit être mis en comparaison avec d’autres solutions.

Je reste à votre disposition pour vous aider dans cette démarche.

Show Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *